dimanche 26 février 2017

Lettre de Stephane Hessel à son petit-fils

http://www.deslettres.fr/lettre-de-stephane-hessel-a-daniel-pardonne-moi-jaurais-resister/

Stéphane Hessel (1917-2013) fut un résistant de la première heure et un intellectuel humaniste et engagé. Si l’auteur du manifeste à succès Indignez-vous ! s’est jeté à corps perdu dans sa lutte en faveur des droits de l’homme, il fut également un homme de famille qui, en touchant patriarche, adresse ici à son petit-fils une lettre touchante qui a valeur d’héritage.




Mon Daniel, ça y est ! Elle est donc née, Marie, elle fait de moi un arrière-grand-père. ça fait un mois que j’y pense tous les jours et que je résiste à l’envie d’en parler avec toi. Quelque chose m’intimide devant cette échéance qui me coiffe du bonnet du patriarche.
Je n’ai sûrement pas été un bon grand-père pour toi : ta vie débordante de musique, de voyages, de rencontres, d’échecs et de triomphes, j’aurais dû y être plus présent, plus mêlé. La mienne déjà si longue charrie encore trop d’engagements. Nos contacts ont été des moments de joie, de tendresse, de rigolade, pas de méditation.
Cette naissance appelle de la méditation, pas seulement de l’émerveillement joyeux. Je vais peut-être te sembler tout à coup bien pontifiant. Ce n’est pas mon habitude. Mais tu ne mesures peut-être pas l’importance du coup que tu as réussi et dont je suis jaloux.
Tu es déjà toi-même le produit d’apports multiples. Tes deux grands-pères viennent l’un de Berlin, l’autre de Chinon et leurs ascendants de Saint-Pétersbourg, de Londres et de Tulle. Mais ce que ta compagne Leïla apporte à cet enfant est inestimable : l’Orient des tziganes et l’Afrique de la Mauritanie. Marie sera donc le fruit d’un vrai métissage. Elle sera un passeur et je compte sur toi pour développer en elle cette qualité, la rendre fière de la diversité de ses composantes. Dans les replis de ce siècle encore jeune mais déjà compliqué, elle aura l’occasion d’en faire usage et profit.
Un jour quand elle aura vingt ans, elle tombera sur une camarade qui étudie l’histoire de France du XXe siècle, si loin déjà mais riche encore de massacres recensés et où les historiens auront repéré une date, 1944, et un drôle d’organisme clandestin qui, en pleine guerre, a réfléchi sur l’après-guerre et qui s’est appelé Conseil national de la Résistance. En 2024 Marie aura vingt ans et ce sera le quatre-vingtième anniversaire du programme du CNR. Il ne restera plus personne depuis longtemps qui ait vécu cette époque. Mais avec les formidables progrès qu’aura faits l’archivage historique, il y aura bien un chercheur pour cliquer sur son ordinateur et découvrir sur son écran l’Appel lancé à quelques jours de la naissance de Marie lors du soixantième anniversaire de ce texte par une bande de camarades de la Résistance.
Et nous supposerons qu’alors sa camarade à elle lui dira : « je vois que ton grand-père a signé cet appel et qu’il était un résistant ».
Elle se retournera vers toi et te demandera ce que cela veut dire. J’aimerais que tu lui fasses une réponse qui stimule son intérêt pour ce vocable. Parce que c’est un vocable précieux, à mon sens, pour une jeune femme du XXIe siècle, pour celle que sera devenu ce fragile et vaillant bébé que nous avons vu hier reposant entre les mains larges et noires de Leïla.
De moi, si elle te pose la question, tu peux lui dire ceci : ton arrière-grand-père a eu beaucoup de chance. Quand il a eu vingt ans le monde ne s’était pas débarrassé de la détestable habitude de faire des guerres pour faire triompher une nation, une race, une idéologie. Et ayant en face de lui un fou dangereux qui voulait subjuguer toutes les autres races à la race aryenne (comme elle aura appris l’histoire du XXe siècle à l’école elle saura de qui tu parles) mon grand-père n’avait aucune hésitation pour savoir à qui et à quoi il s’agissait pour lui de résister. Reste la question du comment. Si ta camarade a parlé de lui comme d’un résistant, c’est que les hasards et les chances dont il a bénéficié lui ont permis de reprendre le combat. Tant d’autres auraient voulu le reprendre et en ont été empêchés. Tant d’autres ont été bien contents de ne pas le reprendre. Il a pris des risques, a failli plusieurs fois y laisser la peau, a donné du fil à retordre à l’ennemi, a survécu.
Tu tâcheras de raconter ça le plus sobrement possible à Marie pour qu’elle y voie une jolie légende (tu enjoliveras un peu pour qu’elle ne s’ennuie pas trop).
Mais ensuite tu lui poseras les vraies questions sur la « résistance ». « Et toi, lui demanderas-tu, à quoi as-tu envie de résister ? »
Ne la guide pas trop dans sa réponse. Laisse parler son instinct poétique, ses émotions adolescentes.
Ce n’est évidemment pas à moi, ni non plus à toi de définir pour Marie ce qui l’indigne, ce qui l’enthousiasme, ce au nom de quoi et à quoi elle veut résister.
Et je te rends attentif, ici, à la vitesse à laquelle les problèmes du monde évoluent, se renouvellent, se transforment et comme il est difficile (impossible !) de prévoir quels seront les défis de 2024.
Nous sentons bien que de grandes explosions techniques, scientifiques, peut-être morales sont en cours, ou – plus grave encore – en attente. Des impatiences. Des tentations violentes. Des crispations communautaires, ce sont les pires !
Mais aussi des avancées patientes et courageuses dans le domaine du savoir sur l’homme, sur son inhumanité à résorber, un épanouissement peut-être de cette géopoétique dont le grand écrivain franco-britannique Kenneth White est le prophète.
En vingt ans, le monde aura forcément beaucoup changé. Vois comme il n’a déjà plus rien à voir avec celui où nous avons élu François Mitterrand à la présidence et l’avons accompagné jusqu’au Panthéon, une rose à la main.
Pas question donc de décider à quoi Marie devra – ou surtout voudra – résister. Mais sois sûr que la jeune  femme qu’elle sera devenue, enfant du Nord et du Sud, de l’Orient et de l’Occident, saura peser ses choix.
Dis-lui alors simplement de la part de son arrière-grand-père qu’elle ne deviendra elle-même et heureuse et forte qu’en refusant fermement de se plier à une pente des choses qui lui sera présentée comme inévitable ou à donner son aval à une situation qui la choque mais qu’on lui dira irrémédiable. De quelque direction que soufflera le vent de l’histoire, c’est la façon courageuse dont Marie tendra sa voile qui fera d’elle la navigatrice dont on s’accordera à dire qu’elle est une vraie résistante. Et la déesse de l’amour, la plus exigeante de toutes, lui prodiguera sa protection. Mais voilà, cher Daniel, que par ce vent je me laisse emporter.
Pardonne-moi : j’aurais dû résister.
Stéphane Hessel

élections ,conversations, ruminations , interrogations , revendications... révolution ?

"Comme chacun sait, Marx a dit que “les révolutions sont les locomotives de l’Histoire”. L’image est belle, mais fausse, selon moi. Les révolutions sont les béliers de l’Histoire. Lorsque le développement d’une société se heurte à des obstacles systémiques, la révolution n’agit pas comme une locomotive qui tire les wagons, mais comme un bélier qui casse le mur empêchant d’avancer. De fait, c’est un outil bénéfique pour l’Histoire. Bien sûr, c’est mieux si on peut s’en passer, mais puisque ce mur est en général constitué des privilèges de l’élite au pouvoir et des principes qui la perpétuent, la plupart des pays développés ont dû recourir aux révolutions dans leur cheminement historique."






Cet article de Courrier International  lu  hier soir    est venu faire écho   à une vidéo écoutée sur Google + , à des  discussions entre amies  et  à des bribes de conversations  entendues  , à des  informations ( les actualités du moment ) et aux récriminations des  uns et des autres   que l'on perçoit pour peu que l'on tende  un peu  l'oreille .

  Il me semble que   beaucoup de gens grognent contre un état de fait qui ne les satisfait pas  mais   ne se mobilisent pas pour un projet qui ne serait pas à leur avantage (exclusif ? )   car il est plus simple d'être contre  que  de réfléchir , et  se concerter,  pour créer une autre situation
 D'être  contre un système  qui donne  des avantages à certains   dont on  ne profite pas et dont on voudrait  profiter , contre un système qui ne nous donne pas plus  pour avoir plus  et acheter plus  sans rien donner en échange .Même quand le système en question  ne fonctionne  qu'à peu près  et de plus en plus mal  ; surtout manifester contre  tout projet , toute idée de faire autrement ...   je ne dis pas mieux mais  autrement . Mieux  ou non  on  ne le sait qu'après la mise en oeuvre et  un délai d'observation .
 Ainsi en est-il  de la loi dite El Komhri contre laquelle il  y a eu  beaucoup de manifestations "à priori " . Je   ne suis pas d'accord avec tout ce qu'elle préconise mais elle a l'avantage d'exister et de  remuer un peu une situation enlisée  marquée par un fort taux de chômage  notamment des jeunes .
 Et le chômage ça ne fait pas bon ménage avec la dignité de l'individu qui se voit réduit  à  solliciter des subsides  et de rendre des comptes à un agent de Pôle Emploi  sorte de conseiller (pénitentiaire) d'insertion et de probation.
   Et ça fait  bon ménage avec les   politiques populistes qui  agitent   la promesse de "foutre dehors ceux qui viennent prendre le pain des français "  sans dire que certains sont français  parce que nés en France  et donc  sauf- à modifier la Constitution avec rétroaction-  impossibles à mettre dehors  même si  des "français de racines hexagonales  depuis  plusieurs générations " acceptaient de faire le   travail en question (ce  dont je doute  pour certains emplois  ) sans évoquer non plus  tous ceux
 ( français  issus de l'émigration , binationaux  ou étrangers  européens ou non )qui ont créé  des entreprises et  de l'embauche
Politique  dont les "pieds noirs "   sont souvent d'ardents défenseurs , eux dont les ascendants n'ont pas hésité à prendre les terres et les emplois crées  dans les colonies tout en  créant  un statut de l'indigène  pour les autochtones ...

  Les gens grognent  contre   contre tout ce qui ne leur va pas  sans se préoccuper   de la globalité  d'une politique  et grognent plus facilement contre    le reste de la population lambda qui leur semble avoir plus d'avantages qu'eux    que contre  des  hommes et des femmes politiques - qu'ils reconduisent -    achetant  leur silence à l'égard des malversations commises en  leur promettant des avantages   nouveaux  et  se taisant sur les contre-parties  de ceux ci - car il y en a forcément .
 Du revenu universel - dont l'idée  me plaît  à condition  de  la faire  en remplacement de toutes les aides  pouvant être perçues  y compris  les "coup de pouce " des services sociaux pour  payer diverses factures  prévisibles   dont on souhaite se décharger sur la collectivité plutôt que de faire l'effort de gérer son budget en  prenant en compte   la réalité de ses revenus  et non pas ce que l'on voudrait qu'ils soient pour satisfaire toutes nos envies d'un moment et que celui qui ne veut pas travailler s'en contente  sans aller  pleurnicher  auprès de toutes les associations  pour obtenir des subsides  -  à la suppression de la taxe d'habitation pour 4/5 des foyers fiscaux .

Et je fais comme tout le monde , je grogne contre  ce qui me déplaît  et si je bouge à titre individuel pour ce que je  crois juste  je ne  cherche pas à mobiliser les foules ni même à participer à  une quelconque  manifestation   ne serait ce que   parce que  j'ai toujours des doutes sur le désintéressement de ceux qui l'initient .
 Peut être qu'un jour  la somme des  actions de  quelques uns   engendrera un léger mouvement du système  à l' origine  d'un changement   positif  pour la globalité  de l'humanité et de l'écosystème terrestre .
Peut être .....   peut être suis-je d'un monde de Bisounours et peut être n'ai je toujours pas "appris à vivre" ....  mais je m'en fiche  , je vis bien comme cela  contente de ce que j'ai , de ce que nous avons . Après tout nous avons  un toit , de quoi manger  -avec même des  tartes , des gâteaux et du chocolat  :)   ...  - , des vêtements propres et sans trous  - avec des reprises oui , mais sans trous - , de quoi aller au cinéma et au spectacle de temps en temps , la possibilité non seulement de lire mais de m'acheter des  livres et quelques CD  .. ( même si nous  sommes sous le seuil  de pauvreté ... que je trouve bien élevé quand  je compare  notre situation avec le dénuement de certains )  Alors oui  la vie est bonne et belle  et je ne vais pas aller grogner contre  ceux qui  viennent en France depuis d'autres pays  à partir du moment où  ils n'attendent pas d'être pris en charge sans  prendre  eux même  leur vie en main .
 Rien  n'est dû à   qui que ce soit qui  ne s'est donné que la peine de naître , qu'il soit  riche ou pauvre , qu'il s'agisse d'une famille de migrants économiques  revendiquant  l'Eldorado   du système  d'assistance - d'assistanat -  français  aux   politiciens qui  , sous pretexte que c'est légal ,  tirent  un profit  de leur position  et cherchent à disqualifier ceux de l'autre bord qui en font tout autant .

 Les" privilèges de l’élite au pouvoir et les principes qui la perpétuent" ne sont pas acceptables  pas plus  que certaines aides   qui sont trop  souvent dévoyées .
 De certaines  choses   conçues comme une  assistance à une personne dans le besoin  l'Etat a fait   un  truc  qui ne peut qu'être perçu que comme une aberration voire une injustice  par la quasi totalité de la population vivant en France .
 Ainsi en est il de l'AME  (par exemple **** )  reservée  aux étrangers en situation irrégulière * et leur octroyant les mêmes  possibilités de  prise en charge  que  pour les personnes en situation régulière  sans même leur demander  la participation forfaire   récupérée d'office pour tous les autres  , du forfait journalier hospitalier ... 

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Cinq-questions-sur-l-aide-medicale-d-Etat-2014-11-18-1238713
 http://www.la-croix.com/Actualite/France/L-aide-medicale-d-Etat-continue-de-faire-debat-_EP_-2012-07-19-833075

 Qu'une prise en charge des urgences médicales pour les personnes en situation irrégulière  soit assurée me  semble relever de l'humanité la plus basique  mais de là à trouver normal  tout ce  qui est   possiblement  traité *** dans le cadre de l'AME il y a un gouffre  que je ne franchis pas .  Il y a un déficit  de la branche assurance maladie de la sécurité sociale  , réduire les frais liés à l'AME   ne  le comblerait sans doute pas  mais  cela ne justifie pas  son existence . C'est une question de principe .
 Je comprend l'argumentation  de ceux qui y sont favorables  et je l'approuve  car c'est  normal que  certaines pathologies  lourdes soient traitées correctement  mais pas  qu'il soit parfois  plus facile  d'accéder aux soins courants de  maladies bégnines  pour les personnes en situation irrégulière que pour ceux qui sont en situation régulière .
De plus je ne pense pas que les autres pays s'embarrassent  de  garantir  aux étrangers en situation irrégulière  les mêmes prestations  qu'aux personnes en situation régulière et ce  sans que quiconque s'en offusque.

 Mais  c'est là une  spécifité française , celle des Droits de l'Homme  , l'esprit du Conseil de la Résistance ...

  L'AME est un exemple  basé sur des  textes ; on peut ou non être d'accord avec ce qui a été décidé  mais  c'est  quelque  chose qui a  fait  l'objet d'une étude  et la décision  est argumentée .
  Le problème est  en fait  lié à ceux qui fraudent , qui trichent  ou qui abusent d'un dispositif .
  C'est ce  genre de chose qui alimente toutes les reflexions , les  récriminations contre l'étranger.
Cela  et toutes les rumeurs  du type "famille RSA " qui  réapparaissent  de façon récurrente .
 Harro  sur  l'autre , celui qui vient d'ailleurs  , celui  qui diffère de nous , en oubliant que  parmi tous ceux qui bénéficient du RSA  nombreux  ont des papiers français
 Harro sur  l'étranger donc  , c'est plus facile -quand on a envie d'avoir tout ce que nous montrent les publicités - que de réfléchir   et de se remettre en cause avec  notre insatisfaction permanente sur laquelle surfe l'économie libérale qui  nous mène .
  Pourtant celui-ci  doit , à partir du moment où sa situation sur le territoire est régulière donc acceptée par l'Etat , pouvoir bénéficier  des garanties inscrites dans le préambule de la Constitution : 

10. La Nation assure à l'individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.
11. Elle garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence.
12. La Nation proclame la solidarité et l'égalité de tous les Français devant les charges qui résultent des calamités nationales.
13. La Nation garantit l'égal accès de l'enfant et de l'adulte à l'instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L'organisation de l'enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l'Etat.

 Dans ce contexte  où tout  un chacun  grogne contre les avantages réels ou supposés d'autrui plus  parce qu'il envie autrui que parce qu'il  ne  trouve pas ça  normal , un contexte où l'honnêteté  , la probité , sont  considérées comme de la connerie  , où tricher pour avoir plus  semble être  le mode de vie  mis à l'honneur ( tout  en râlant  sur l'autre qui s'est fait pincer en en faisant autant ) , où les politiciens et les syndicalistes   mènent le monde  par le  bout du nez à leur manière , leur rythme  en  promettant  monts et merveilles ( qu'ils se réservent )  et en incitant  le "citoyen " à  ne pas lever le nez  vers  les vraies étoiles  plutôt que de  regarder les lampes à pétrole qu'ils font miroiter  y a t'il un risque de révolution  qui permettrait de  traiter des différentes questions que chacun élude  du moment qu'il fait son beurre ( et rêve du sourire de la crémière   une fois qu'il a aussi empoché l'argent du beurre ) ? **

 Il  ne s'agirait alors plus de grogner contre mais  de devoir réfléchir pour  créer  une situation neuve ( pas rénovée par un ravalement de façade ) viable dans le respect des droits de chacun et où chacun respecterait ses devoirs  dans la plus rigoureuse probité  , et une laïcité réelle  appliquée par  tous , celle qui "garantit le libre exercice des cultes et la liberté de religion, mais aussi la liberté vis-à-vis de la religion : personne ne peut être contraint par le droit au respect de dogmes ou prescriptions religieuses" quelles soient  catholiques , musulmanes  ou autres ( communistes staliniennes par exemple ) car "la laïcité n'est pas une opinion parmi d'autres mais la liberté d'en avoir une. Elle n'est pas une conviction mais le principe qui les autorise toutes, sous réserve du respect de l’ordre public."
 Une société  où l'on n'aurait plus à entendre Macron - dont les dents raclent le parquet - parler d'humiliation   des "millions de Français dont les convictions profondes, sincères, n'étaient pas favorables au mariage pour tous," histoire de  ratisser large   pour des votes   ou Fillon ( avant  l'histoire Pénélope sortie  dans la presse à point nommé , bien après les faits et juste avant les élections )  vouloir rétablir l'universalité  des allocations familiales
, se faire accuser de vouloir supprimer le droit à l'IVG  et clamer qu'il n'en est rien tout en envisageant la réduction drastique des moyens  d'accès à ce droit  ou de diminuer les effectifs de la fonction publique  dont les enseignants  qui c'est bien connu "sont des fainéants payés à ne rien faire  "  pour flatter et  les  gens aisés traditionnellent de droite  tournés  vers  l'enseignement privé-et l'entreprise privée -  et le quidam  qui  cherche toujours à déniger ce qui lui est étranger  à savoir  l'instruction ( et  aussi l'éducation ... )  des gamins contre vents et marées .


Si  on veut révolutionner  les choses , remettre en cause de façon  importante  le système actuel  et  pas une guerre civile ne faut  il pas commencer  par faire  la révolution dans  nos têtes (  pas une révolution complète , 360°  , ça ne changerait rien ) pour exiger de soi  ce que l'on attend des autres  , accepter   d'avoir des devoirs,pas seulement des droits ,  et  de ne pas  tout avoir  de ce qui nous est montré  ?


 Si l'on veut que le système soit révolutionné sans craindre  tout mettre à feu et à sang il aurait fallu  que libéraux et socialistes parviennent à se mettre d’accord sur la question des réformes sociales à entreprendre sinon il  en résultera une paralysie du système et la  réponse à la question de savoir pourquoi Marine  est arrivée  sera  : parce que tous les autres lui ont chauffé  la place faute  d'avoir  dit  les uns après les autres  " nous gagnerons les élections et nous agirons… Or il fallait agir tout de suite."
Au final, les bolcheviques, frontistes  en s’appuyant sur les franges les plus désespérées, les plus  revendicatives de la population, ont pris le pouvoir et ont entamé en solitaire des réformes radicales. Contre tous les autres.

 Morale de l'histoire : il faut donc mener les réformes sociales au profit des masses révolutionnaires. et c'est  l’idéal, il vaut mieux le faire avant que la révolution n’ait commencé.
 Plagiat délibéré de

1917, année russe. La chute de l’Empire

Publié le

  http://www.courrierinternational.com/article/1917-annee-russe-la-chute-de-lempire

 

**"Si tu fais la loi, il est normal que tu lui obéisses. Ça s'appelle le civisme. Et si tout le monde s'arrangeait pour ne plus payer d'impôts, il n'y aurait plus de gendarmes, ni de lycées, ni d'hôpitaux, ni d'éboueurs, ni d'éclairage public, parce qu'il faut de l'argent à l'État ou à la ville pour entretenir tous ces services."
Régis Debray - La République expliquée à ma fille, 1998

*À qui s'adresse l'AME ?

L'aide médicale de l'État (AME) s'inscrit dans le cadre de la lutte contre les exclusions. Cette protection santé s'adresse aux ressortissants étrangers en situation irrégulière et précaire.
Si vous êtes dans cette situation et que vous répondez aux conditions de ressources et de résidence stable en France, vous pouvez demander l'AME.

Dès lors que votre demande d'AME est acceptée, vous serez alors convoqué par la caisse d'Assurance Maladie de votre lieu de résidence pour la remise de votre carte d'admission à l'AME.
À noter que le droit de timbre de 30 € a été supprimé depuis le 4 juillet 2012.

Si ces conditions ne sont pas remplies, vous ne pourrez pas bénéficier de l'AME.
Vous pourrez, sous certaines conditions, bénéficier d'une prise en charge de vos frais de santé au titre des soins urgents.
L'AME peut aussi être accordée, exceptionnellement, à titre humanitaire.

À noter : l'AME est attribuée sans conditions aux enfants mineurs dont les parents sont en situation irrégulière, même lorsque ces derniers n'en bénéficient pas encore ou dépassent le plafond de ressources pour en bénéficier.

Qui peut bénéficier de l'AME ?

Vous pouvez bénéficier de l'AME si vous êtes ressortissant étranger en situation irrégulière en France et que vous remplissez les conditions suivantes :
  • Vous résidez de façon stable, c'est-à-dire de manière ininterrompue depuis plus de 3 mois en France (métropole et départements d'outre-mer, excepté Mayotte où l'AME n'est pas applicable).
  • Vos ressources ne dépassent pas un certain plafond (le même que celui de la CMU complémentaire). et pour justifier desquels une attestation sur l'honneur suffit .....

Plafond annuel de référence : 8 653 €


***AME : les prestations

Une fois accordés, vos droits à l'aide médicale de l'État (AME) prennent effet à la date de dépôt de votre dossier. Pendant un an, vous bénéficiez de la prise en charge à 100 % de vos soins médicaux et hospitaliers, dans la limite des tarifs de la sécurité sociale, avec dispense d'avance de frais.

Sur présentation de votre carte AME, vous pouvez bénéficier de la prise en charge à 100 %, dans la limite des tarifs de la sécurité sociale, de vos soins médicaux et hospitaliers en cas de maladie ou de maternité.
Vous êtes ainsi exonéré du ticket modérateur et bénéficiez de la dispense d'avance de frais pour :

  • les soins médicaux et dentaires ;
  • les médicaments remboursés à 100 %, 65 % ou 30 % ;
  • les frais d'analyses ;
  • les frais d'hospitalisation et d'intervention chirurgicale ;
  • les frais d'examen prénuptial ;
  • les frais afférents à certaines vaccinations ainsi que ceux liés à certains dépistages ;
  • les frais liés à la contraception, à l'interruption volontaire de grossesse, etc.
À noter : les frais de cures thermales, les actes techniques et les examens de biologie médicale spécifiques à l'assistance médicale à la procréation ainsi que les médicaments et produits nécessaires à leur réalisation, et les médicaments à service médical rendu faible remboursés à 15% sont exclus du dispositif de l'AME et restent intégralement à votre charge (pour les bénéciaires majeurs).
Vous êtes également exonéré du forfait journalier, de la participation forfaitaire et de la franchise médicale sur les médicaments, les actes paramédicaux et les transports sanitaires.

À noter : tous les professionnels de santé ont l'obligation d'accueillir les bénéficiaires de l'AME.



**** Je pourrais aussi citer l'aide juridictionnelle  dans les cas de procédures abusives ,  ou l'usage du RSA  , de ARE ...  sans   se soumettre aux obligations qui  y sont théoriquement liées .

samedi 18 février 2017

fevrier 2017 ; ode ( en prose ) à Malraux

 Oui , déjà février et déjà 2017 .
 Le temps passe si vite que je n'ai pas le temps de le voir passer .
Début des vacances  .
 Celles-ci  ne risquent pas de changer de nom ; elles resteront celles de février ou celles d'hiver  quoiqu'il arrive . Ce n'est pas comme celles de Noël ou de Pâques  ,  les ponts de l'Ascension ou de la Pentecôte .... à quand les vacances de de Ramadan ou celles de Hanouka , le pont de l'Aïd el kebir   ou  celui de Parinirvana
  Je provoque ...  un peu  mais si peu!  Ils sont nombreux  ceux qui ont  évoqué la chose  sans sourire  en disant que la France devenant musulmane nos racines chrétiennes étaient en péril !
 Je reviens à mes moutons  - pas ceux qui transhument dans nos vallées   et sont les vaches à lait de grandes entrprises de tourisme  qui  envisagent de saccager davantage Tignes ou de s'attaquer à La Grave - .

 Début de vacances  avec un spectacle à Malraux  : Slava's snow show
  qui m'a - nous a - enchantés . Magique , émouvant ,avec des sourires et des rires , des moments partagés  , des  gags clownesques



 de la neige en papier , de l'eau et des parapluies , des bulles et des ballons ... d'énormes  ballons  et un  moment tellement prenant  plein de tendresse  et empreint d'une émotion  touchant  à la tristesse exprimées  par  les gestes du mime .
 Une magnifique découverte .
 Malraux   est une salle  que j'aime pour cela  en plus de l'atmosphère du lieu  et de l'accoustique - qui m'a fait connaître et aimer Ibrahim Maalouf - dont l'absence a entâahé le spectacle d'octobre au Phare  d'une pointe de déception .
 Nous y avons vu cette année   The Ukulele Orchestra of Great Britain  dans un spectacle  à la hauteur de  sa réputation 





 mais surtout  nous y avons  vu 



Blanche-neige-ou-la-chute-du-mur-de-Berlin là aussi   un spectacle inattendu  dans sa forme  en plus d'une très belle  histoire autour de l'incommunication.

 Malraux  ça a été  l'an dernier  un Avare   dans une mise en scène  qui   met en exergue  l'intemporalité du sujet  , une redécouverte du texte de Molière  pour moi et une découverte pour mes filles .

 Malraux , une scène nationale   à la hauteur de la Savoie


 il  faut le dire  à la veille du 19 fevrier 
  et puisque je me vante d'écrire une ode  voici la musique qui  va avec


Je te salue, ô terre hospitalière,
Où le malheur trouva protection ;
D'un peuple libre arborant la bannière...
 
 


 https://www.youtube.com/watch?v=74DDwHweRB4



http://www.theatre-contemporain.net/contacts/Espace-Malraux-scene-nationale-de-Chambery-et-de-Savoie/critiques/spectacle/L-Avare-12334?s=2015-2016

http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/savoie/chambery/sortir-slava-snow-show-retourne-espace-malraux-chambery-1199023.html


samedi 23 juillet 2016

Abistan en vue ?

 Il y a 10 jours l'attentat de Nice , il y a 8 mois celui de Paris au Bataclan  , entre temps  des fanatiques ont  cherché à terroriser  les populations  de divers pays   du Mali  aux USA  en passant par la Belgique  et le Moyen Orient  , la Turquie  au printemps   et Kaboul   aujourd'hui . Juste après le 14 juillet  ,donc  juste après l'attentat de Nice  ,  un coup d'état décapité a eu  lieu en Turquie  et de cela la presse - pour ce que j'en vois -  ne fait pas écho avec la même ampleur que pour  ce qui s'est passé en France 24h avant . Il y a du battage pour recueillir les animaux domestiques des  morts ou des blessés , autour de la tentative de suicide du faux ex-avocat  du terroriste (immédiatement déclaré en tant que tel avant même qu'il y ait des indices  de sa connexion avec daech alias isi alias état islamique  ce qui a donné  l'occasion de faire beaucoup de bruit autour de sa personne ) , de celui qui a voulu  vendre des objets récupérés  sur la  Promenade des anglais ( je n'ai lu que les titres)  .... un  battage  qui enterre médiatiquement  cette tentative de putsch due à une fraction de l'armée turque , armée garante du respect la constitution  écrite  sous Mustapha  Kemal  , " gardienne des valeurs de la République" , attachée à la laïcité et regardant avec suspicion   la montée en puissance de la sphère du religieux et celle  de Erdogan *



R.Erdogan  a immédiatement mis en cause son ex-allié F. Güllen **
 et affirme aujourd'hui  qu'il y a des aveux  corroborant ses dires .
 Compte tenu de se qui se passe en Turquie  , des arrestations massives , de la purge des administrations  (Justice et police comprises ) et notamment de tout ce qui touche à l'éducation  , des  mises au pilori  et au cachot  de journalistes  , professeurs d'université et autres intellectuels  ,  des Alévis et des Kurdes bien sûr sans compter tous ceux que j'oublie  simplement  pour avoir énoncer leurs pensées  opposées à  celles de l'AKP  , ses dirigeants et ses partisans qui ont remis en vigueur dans la vie courante  la tenue" islamiquement correcte " pour les femmes  et  l'impossibilité de ne pas adhérer au dogme  sunnite   je m'interroge sur la spontanéité de ces aveux .
 Ce qui se passe en Turquie pourrait   cependant   être à terme plus inquiétant que  cet Etat islamique qui veut imposer  sa charria  à l'ensemble de la planète . C'est en tout cas ce qu'en dit Boualem Sansal  qui dans 2084 a décrit l'hypothèse Abistan ***

"A plus longue échéance, une vingtaine d'années, Daech disparaîtra, il étouffe déjà dans un territoire qui ira s'amenuisant sous le coup des bombardements occidentaux et des avancées des forces gouvernementales des pays environnants. La guerre a ses limites, et le temps en est une. Même la guerre de Cent Ans s'est achevée un jour. De plus, l'Etat islamique n'a pas les cadres, les penseurs et les théologiens capables de le hisser intellectuellement et spirituellement au niveau de son ambition de dominer le monde, comparables à ceux qui aux temps glorieux de l'islam ont su édifier un empire et l'administrer brillamment. La suite de l'histoire se pense déjà et s'écrira ailleurs, probablement en Iran, en Turquie, au Pakistan, en Afghanistan. Les printemps arabes et Daech ne sont pour eux qu'une opportunité pour tester la faisabilité du projet grandiose de rétablir l'islam dans sa totalité, qui les hante depuis toujours. Ils savent maintenant que l'appel au djihad peut mobiliser les musulmans où qu'ils soient dans le monde."


 lectures complémentaires :

 http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/07/21/turquie-ce-n-est-pas-seulement-une-purge-mais-un-reformatage-de-l-etat_4972934_3214.html

 http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/07/21/erdogan-installe-sa-democrature-en-turquie_4972665_3218.html
 "Recep Tayyip Erdogan, lui, a désormais toute latitude pour mettre à exécution son projet de refonte civilisationnelle. Sa priorité est de « fermer la parenthèse du kémalisme », expression en vogue dans les rangs de l’AKP. Il veut débarrasser le pays des repères imposés après l’effondrement de l’Empire ottoman, notamment la laïcité. Erdogan et ses compagnons de route sont prêts à mourir pour leur cause : « Cela fait longtemps que nous avons revêtu nos linceuls », ont-ils coutume de répéter. La proclamation de la « République islamique de Turquie » n’est peut-être pas pour demain mais une nouvelle ère a commencé.(...)

Pour la première fois dans l’histoire de la République, les imams ont joué un rôle politique. Depuis leurs minarets, à la demande de la Direction des affaires religieuses (placée sous la tutelle du premier ministre), les imams ont appelé la population à manifester. Défendre Erdogan et son régime est devenu un devoir religieux autant que politique."


30/07/16

 http://info.arte.tv/fr/la-turquie-selon-erdogan

 24/07/2016



"(...)elle est là comme les quelque cent mille personnes réunies à l’appel du CHP (Parti républicain du peuple, social démocrate) pour dénoncer les militaires putschistes comme les dérives autoritaires du président Recep Tayyip Erdogan. « Ni diktat, ni dictature : la démocratie. »

« Ce jour est un jour d’unité. Un jour où nous nous levons contre les coups d’Etat et les régimes dictatoriaux, un jour où nous faisons entendre la voix du peuple », a martelé, depuis la tribune, Kemal Kilicdaroglu, le très respectable, mais bien peu charismatique, leader de ce parti, qui plafonne dans ses meilleurs scores à 23 % des voix."(...)
"
Pourtant, nombre de militants rechignent. « Eux et nous sommes contre les militaires putschistes. Nous avons tous souffert des coups d’Etat du passé, mais les islamistes et nous avons des rêves diamétralement opposés pour l’avenir de ce pays », explique Helin, jeune universitaire.
Une de ses amies renchérit : « une fois que les gülenistes [partisans du prédicateur en exil Fethullah Gülen] accusés auront été nettoyés ce sera le tour de l’opposition et de tous ceux qui s’opposent à Erdogan ».
La foule reprend en cœur les mots d’ordre traditionnels des grands rassemblements « kémalistes » : « La Turquie est laïque et le restera. 

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2016/07/24/a-istanbul-la-gauche-a-repris-la-place-taksim-pour-denoncer-diktat-et-dictature_4974100_3210.html#7O7oAviABuV91Xuv.99

* "Les militaires sont, par tradition, très attachés à la laïcité. Ils n’ont jamais eu confiance en ce conservateur religieux", explique Samim Akgönül, spécialiste de la Turquie et maître de conférences à l'Université Marc Bloch de Strasbourg, joint par France 24.  à lire : http://www.france24.com/fr/20160719-turquie-erdogan-armee-turque-constitution-laicite-kemal-ataturk-akp

** http://www.revue21.fr


Récit





Les Jésuites de l’islam

par Guillaume Perrier
Paru dans le N°6
La confrérie fondée en Turquie par Fethullah Gülen quadrille le globe. Enquête sur le réseau musulman le plus puissant du monde.













Récit graphique

Le livre interdit

par Albert Drandov et Alberto Alburquerque Jiménez
Paru dans le N°24
En Turquie, l’État n’aime pas qu’on lève le voile sur ses coulisses. Pour avoir voulu publier un livre sur les liens entre le pouvoir et une confrérie religieuse, le journaliste Ahmet Sik a été emprisonné. Dans ce pays qui aspire à l’Europe, six mille livres sont interdits de publication et leurs auteurs parfois jetés en prison.

***http://www.marianne.net/boualem-sansal-les-europeens-ont-abandonne-les-lumieres-100237589.html



vendredi 8 juillet 2016

football Euro 2016

 Entendus hier soir  les cris et les klaxons , les pétards et les   "on a gagné " dans le quartier . Je suis sûre que  même ceux qui n'auraient pas levé le doigt dans une mouture locale de "les Français c'est les autres"ont manifesté  leur fierté d'avoir "gagné"
Si pour les  plus âgés des immigrés ou des personnes issues de l'immigration se sentir français semble être  la norme ou - à tout le moins- le fait d'une majorité,  pour les gamins , les ados , les jeunes d'âge adulte   cela n'est pas vraiment le cas si j'en crois l'article de rue 89.
 Quoiqu'il en soit  hier soir  finies les polémiques autour du cas Benzema , dans leurs têtes ils avaient gagné contre l'Allemagne .
  Ceux qui viennent du Portugal seront de toute façon gagnants  dimanche soir .... pauvres de vous qui avez des voisins lusitaniens  munis de trompes et klaxons tonitruants ! vous n'y échapperez pas   !
Mais soyez logiques  nous , français ,  nous n'avons rien gagné d'autre que les retombées économiques de cet Euro 2016 ... nous n'avons de fait rien  gagné du tout car  des  bénéfices  nous ne verrons pas la couleur sauf à avoir été embauché  de façon spécifique pour cette période . Quelques agents de sécurité , du personnel de l'hôtellerie-restauration  qui seraient autrement restés sur le carreau sont concernés , c'est tout .
 Ceux qui ont gagné  ce sont ceux qui ont couru sur le terrain ; en sus de leurs mirobolants salaires de footballeurs professionnels  ils ont gagné le match et de la renommée .... donc potentiellement des chances de voir encore augmenter leurs revenus  entre mercato et publicités .

On m'a dit hier soir que  si  je ne m'emballais pas pour cette victoire d'une équipe française  c'était peut être  par ce que  je râlais encore contre l'annexion de 1860 !
 Non , c'est simplement que  je m'en fiche  du foot et des footeux . Qu'un membre d'une  équipe de France  de ski  ou de kayak  gagne ou soit simplement bien classé je vais relever l'information  et me dire "c'est chouette"  mais franchement ,  les footeux ....


mercredi 27 avril 2016

encore un billet ...

... une argumentation et une opinion  qui valent  la peine d'être écoutée et prises  en compte .
 Je n'aurai pas , je pense , porté le voile pour un "hidjab day" 
parce que je ne vois pas  en quoi  une journée déguisée permettrait d'éprouver l'impact du regard d'autrui (c'est un des arguments exposé par des participantes) puisqu'il s'agit d'une posture pour quelques  heures  et non pas  d'un vécu quotidien - ; tant qu'ils/elles y sont pourquoi ne pas vouloir se donner l'apparence d'un -e-  homme/femme noir-e  de peau  de l'Afrique sub-saharienne  ou vivre comme un-e sans papiers) ou plus simplement  d'un-e SDF faisant la manche, cherchant à dormir dans un point d'accueil sans  forcement le pouvoir faute de place ... .
 Si  je dis que  celles qui le veulent doivent avoir la liberté de le porter -à condition que cela soit la leur et pas celle d'un milieu , d'une famille , d'un père ou d'un mari  et que ce choix doit être l'aboutissement d'une réflexion (et qui dit réflexion dit éducation ouverte  sur le monde pas endoctrinement - ) - je dis aussi que les musulmanes qui ne le veulent pas doivent pouvoir  ne pas se couvrir la tête et encore moins  de la tête aux pieds .
Et tant qu'à avoir un geste militant ce serait  , c'est sûr , pour que les filles et les femmes ne voulant pas se hidjabiser  puissent le faire  sans  risquer de représailles  , que celle ci soient pour les tyrans domestiques et ceux  qui rodent dans certains quartiers avec leurs regards et leurs remarques  visant à les  culpabiliser .Mais là le législateur  n'agit pas   et quand sur d'autres problèmes  liés  aux relations entre les personnes (violences conjugales ou familiales , harcèlement ...)  il y a des textes de lois   ( été 2010  seulement ) ceux-ci sont  trop souvent lettres mortes  dans la pratique .*
 Peut être fais-je du bisounourisme  ...
Régulièrement des paroles ou des écrits  évoquent  le  risque  d'un entrisme  nous menant progressivement mais inexorablement vers un fascisme islamique .
 Cet article en fait partie :
 "..."Ni obligation, ni interdiction du voile", vraiment?
Cher étudiant de Sciences Po, cette initiative que tu as prise a le mérite de dévoiler au grand jour l'état de confusion qui s'est glissé dans ta tête. S'agissant des concepts, tu sembles perdu au point de ne plus savoir ce qui différencie la liberté de l'aliénation, le libre choix de la servitude volontaire. Étienne de La Boétie reviens je t'en prie! Grisé par une overdose de liberté, tu es devenu indifférent au sort de tes semblables. Tu as rompu avec une partie de l'humanité. Ta pensée s'est ramollie. Tu as déserté ta responsabilité. A tes yeux l'émancipation n'est rien; la fraternité est datée; la solidarité est un truc de nostalgiques. Tu t'es laissé contaminer voire piéger par un Tariq Ramadan, champion du double discours s'il en est un, qui avance masqué derrière sa célèbre pirouette sémantique (encore une!) "ni obligation, ni interdiction du voile" pour mieux mitrailler la résistance des têtes nues.
S'agissant du statut des femmes en islam, il y a mille chantiers à ouvrir: l'héritage, le témoignage devant un tribunal, la polygamie, la répudiation, la violence conjugale, les crimes d'honneur, la responsabilité maternelle à l'égard des enfants, le mariage d'une musulmane avec un non-musulman, l'accessibilité à la fonction de juge ou à celle d'imam, l'éducation, la contraception, l'homosexualité et les châtiments corporels. Mais sur l'ensemble de ces sujets-là, Ramadan se fait discret. Il n'en a que pour le voile. S'il le défend avec tant de malice, c'est qu'objectivement le voile fait partie de sa stratégie de conquête du pouvoir. Quant à sa formule "ni ni", c'est de la poudre aux yeux pour rassurer les faux humanistes, les paresseux, ceux qui se complaisent durablement dans le mensonge. Ceux-là même qui combattent la vérité, faisant mine de la défendre. Eux qui rêvent de nous jeter dans l'étouffoir de LA communauté des croyants, la fameuse Oumma. Eux qui font tout pour nous culpabiliser, atrophier nos réflexes citoyens et saper nos acquis démocratiques.
L'islam politique implique une rupture historique avec la République
En Occident, ce voile est devenu le porte drapeau de tous ceux qui prônent la fusion entre l'islam et l'État. L'islam politique implique une rupture historique avec la République, et une réorientation sociétale majeure. Fragiliser le statut des femmes devient donc un impératif. Dans cette perspective, investir l'espace public par le voile est un enjeu majeur. Le pouvoir passe par la visibilité des "voilées". Tout cela, Tariq Ramadan le sait fort bien. C'est pourquoi il fait du voile SA priorité. Lui, ses militants et leurs organisations satellitaires, des Frères musulmans aux salafistes, travaillent d'arrache-pied pour que l'expansion de l'islam politique soit aussi vigoureuse que rapide.Tout cela, Tariq Ramadan le sait fort bien. C'est pourquoi il fait du voile SA priorité. Lui, ses militants et leurs organisations satellitaires, des Frères musulmans aux salafistes, travaillent d'arrache-pied pour que l'expansion de l'islam politique soit aussi vigoureuse que rapide.
A l'évidence, cher étudiant de Sciences Po, tu souffres du syndrome de l'individu blasé par un trop-plein de privilèges et de liberté. Il est vrai qu'en cette matière tu n'as rien demandé. La liberté est venue à toi sur un plateau en or. Soit. Tu n'as jamais risqué un seul cheveu de ta tête pour te rendre dans une salle de classe. Toi, tu n'es pas une petite fille du Nigeria. Toi, tu affiches une réelle indifférence face au calvaire de Assiatou Enlevée par Boko Haram (Michel Lafon, 2016). Toi, tu n'es ni Katia Bengana ni Amel Zenoune, deux jeunes femmes assassinées à la fleur de l'âge pour leur refus de porter le voile dans l'Algérie des années quatre vingt-dix. Toi, tu hausses les épaules face aux résistances héroïques des femmes iraniennes et afghanes. Toi, tu n'as connu ni l'exil forcé, ni la persécution sourde et muette des longues nuits de terreur des enfants et des femmes yézidis. Toi, tu ne t'es jamais caché pour prier, comme sont condamnés à le faire des chrétiens d'Orient. Toi, tu n'as jamais eu à trembler dans un autobus de peur que ton identité soit reconnue. Toi, tu ne sais pas ce que signifie la révolte d'un Garcia Lorca. Toi, tu ne te sens solidaire ni du destin d'une Asia Bibi ni de celui d'un Raïf Badawi. Toi, tu as visité le ghetto de Varsovie comme si tu te rendais à un concert de rock. Toi, tu n'as strictement rien retenu de l'affaire Dreyfus.
Non, la vérité n'est pas une moyenne de toutes les postures. Entre la démocratie et le fascisme vert, il n'y pas de demi-mesure. On ne peut prôner du même souffle la liberté et l'aliénation. C'est soit l'un, soit l'autre. A toi de choisir ton camp.
Aie le courage d'être une femme libre!
Reconnaître en l'Autre ta propre humanité t'aurait pourtant permis de saisir l'impératif catégorique de Kant lorsqu'il affirme: "Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu peux aussi vouloir que cette maxime devienne une loi universelle".
Certes, la République s'est montrée généreuse à ton égard. Mais que fais-tu pour défendre ses idéaux? Flirter avec la théocratie? Faire du pied à Daech? Oui, je vais oser le dire et aller jusqu'au bout de mon raisonnement. Entre ceux qui s'enrôlent dans les milices de Daech et toi qui participes à normaliser ses symboles, il y a bel et bien un fil conducteur. A moins de considérer qu'entre l'idéologie, le politique et le militaire, nul lien n'existe. Tu devrais le savoir, toi qui consacres tes journées à étudier l'histoire des régimes politiques.
Avec cet événement du Hijab Day, tu contribues à banaliser le mal tel que défini par Hannah Arendt. Le pire, c'est lorsque tu renonces à exercer ta responsabilité première de citoyen d'une démocratie. Tu t'égares. Tu déshonores la pensée. Tu méprises la connaissance. Tu t'éloignes de la condition humaine. Tu trahis les philosophes des Lumières. Tu t'enfonces dans un exotisme servile. Pourtant, ta condition de privilégié parmi les privilégiés ne fait pas de toi un être non moins apte à saisir la complexité du monde dans lequel nous vivons.
Ressaisis-toi, cher étudiant de science po. Sors de toi-même; ouvre les yeux; regarde autour de toi; réapproprie-toi la pensée; cultive-toi; lis; écoute ceux qui ont des expériences de résistance à te transmettre. Tu découvriras dans leurs mots le courage qu'il te manque pour devenir un homme libre. Tu puiseras dans leur silence la force de vivre debout. Tu trouveras dans leurs douleurs ce qui te manque pour tracer ton propre chemin vers toi-même et vers l'humanité. Tu verras, ton cœur se mettra à battre de nouveau pour la liberté. Car je veux continuer à penser, malgré tout, que tu es un homme en devenir." ...

 Boualem Sansal  exprime la même chose **  en évoquant les islamistes "intégrés"  .J'ai du mal à envisager tant de noirceur  dans une religion mais  ce n'est pas de foi dont il s'agit ici mais d'un projet politique associé à une prise  de pouvoir  sous couvert  d'une philosophie, pas de foi mais de religiosité  appliqué.Différents reportages  l'ont bien montré  et dans l'Histoire il y a de nombreux exemples de cet usage . Inquisition , croisades , luttes des rois de France et de leurs vassaux contre les Cathares ou les protestants ,...  les guerres dans l'ex-Yougoslavie  ( voir le film  "les femmes de Visegrad"  ou les livres de J Sacco )  ...,les talibans en Afghanistan , celle menée actuellement par  l'ISI  ne sont que l'expression  de ce type de projets et "2084 , la fin du monde" raconte  ce  qui peut arriver . La décennie sanglante***en Algérie en  était -et  ne suis pas sûre que le passé soit d'actualité -  une conséquence ; il ne faut pas négliger l'impact des wahhabites et des frères musulmans en Egypte  pas plus que celui du discours de Tariq Ramadan en Europe , d'Ennahdha  en Tunisie ...
Le lien fait dans l'article ci-dessus entre  un foulard  et  un mode de gouvernement   En Occident, ce voile est devenu le porte drapeau de tous ceux qui prônent la fusion entre l'islam et l'État. L'islam politique implique une rupture historique avec la République, et une réorientation sociétale majeure. Fragiliser le statut des femmes devient donc un impératif. Dans cette perspective, investir l'espace public par le voile est un enjeu majeur. Le pouvoir passe par la visibilité des "voilées". Tout cela, Tariq Ramadan le sait fort bien. C'est pourquoi il fait du voile SA priorité. Lui, ses militants et leurs organisations satellitaires, des Frères musulmans aux salafistes, travaillent d'arrache-pied pour que l'expansion de l'islam politique soit aussi vigoureuse que rapide. m'a  interpellée , me fait m'interroger  sur ce qu'il peut y avoir sous  ce qui m'apparaît plus comme une question vestimentaire , une forme de mode pour  de nombreuses jeunes filles - femmes  empêtrées  dans un communautarisme  ou un lien avec un habit traditionnel  pour les plus âgées .
 Y a t'il  diabolisation par une  partie de ceux qui prennent parole sur la question  et angélisme  d'autre part ( de la mienne en tout cas) ? ****
 
 Quand Boualem Sansal  parle des  islamistes "intégrés"  n'évoque t'il pas plus le danger liés à  ceux qui pratiquent la taqîya , la dissimulation ,pour agir en faveur de leurs intérêts que celui de ceux qui s'affichent ? 
L'impact des islamistes  dans certains quartiers est connu , leurs modes d'action - qu'il a évoqué dans "le village de l'allemand "  n'en est pas moins toxique  mais au moins a t-il  le "mérite" d'être visible  et donc de pouvoir être contrecarré notamment par l'éducation , l'incitation à la réflexion  . Est il pour autant moins  dangereux ? 
Oui si  on se donne les moyens de l'éducation  qui passe par la prise d'informations (pas la relation de faits divers ni une pseudo-information sectaire ) , leur analyse et leur mise en relation  donc la lecture , l'incitation à  la curiosité intellectuelle ...  Encore faut il en avoir les moyens et ceux qui ont vécu les années de plomb  en Algérie , ceux qui vivent-voient l' influence des frères musulmans en Egypte  (où si  il y a des femmes qui se dévoilent  il en est d'autres qui  de plus en plus nombreuses  se mettent à porter le  niqab, les premières appartenant à une élite urbaine scolarisée )   en doutent  car il est vrai qu'un gouvernement  noyauté  ne donnera pas les moyens de lutter contre ceux qui le noyautent  et le lobbying aboutit généralement à des prises de décisions qui ne vont pas prioritairement  dans l'intérêt des populations .
 Que faut il alors penser de la recommandation du Conseil français du culte musulman***** ?  ( sur le site duquel on trouve  aussi un texte  incitant les femmes à  exercer leur capacité de réflexion en ce qui concerne le fait de se voiler (intégralement il est vrai mais le raisonnement peut être sans doute  extrapolé ) :
... "Je crains que ce qui se joue à travers le voile intégral ou le niqab, ou le port de la barbe et des kamis pour les hommes tel qu’il se répand ici et maintenant, ce n’est pas s’habiller selon la tradition islamique purement et simplement, mais c’est restreindre la vision et la lecture de l’islam à un seul et unique uniforme. Une vision qui renonce à la raison, à la culture et à la diversité, qui a fait la richesse de l’islam.
Mes sœurs, je ne prétends pas que ma vision est la meilleure ou que vous devez abandonner la vôtre, mais je vous demande de réfléchir, de vous cultiver, de chercher le savoir dans plusieurs sources et de comparer. Notre Saint Coran nous appelle à réfléchir, à méditer et à raisonner des centaines de fois."...
Que penser de la prise de position d'universitaires dans une pétition contre l'interdiction du port du voile   au printemps 2015 , pétition relayée par  Libération " ? 
..." S’il y a bien un lieu dans notre République, où la liberté de pensée et d’expression, ou plutôt, le droit de cité se vit ici et maintenant, c’est encore au sein des universités - et même les tentatives qui ont visé à mettre à mal cette liberté autogérée (en envoyant ces dernières années les forces de l’ordre traditionnellement interdites dans nos espaces en cas de conflit, de contestation ou d’occupation) ne sont pas parvenues à nous désespérer de penser la complexité du monde social et les enjeux du vivre en commun, comme à en expérimenter les conditions possibles.
Or, vous ne pouvez ignorer que depuis plus de dix ans le voile, sur lequel vous vous exprimiez encore récemment, est une question qui n’a fait qu’instrumentaliser à moindres frais les droits des femmes au profit de politiques racistes, aux relents paternalistes et colonialistes - définissant pour les femmes de bonnes manières de se libérer, blanchissant une partie des associations féministes en les dédouanant de s’engager contre le racisme y compris dans leurs propres rangs et, inversement, en permettant à des associations dites «communautaires» d’assimiler le féminisme au bras armé de vos politiques islamophobes. La classe politique et votre parti, en exposant aux discriminations les plus brutales des femmes portant le voile (lynchages de jeunes filles, de femmes enceintes et de mères, discriminations à l’embauche, exclusions des écoles publiques, etc.), ont fait le lit des nationalismes et doivent être tenus pour responsables d’une situation de tension sociale sans précédent."...
Doit on s'inquiéter  d'une conspiration  ou évoquer la théorie du complot ? 
 u’il leur impose.
 Ces questionnements qui sont les miens peuvent ils être aussi ceux de tou-te-s ceux/celles  qui sont concernés ? 









*Qu'est ce qu'un rappel à la loi  pour un homme ou une femme qui en a frappé un-e autre?  rien  que 10 minutes  à se faire sermonner  , juste un motif   qu'il-elle se donne  pour  justifier  sa vindicte  et lui donner une raison  pour reprendre menaces et insultes .

** http://www.valeursactuelles.com/monde/boualem-sansal-mon-pays-me-fait-mal-37069


... "Dans une stratégie d’entrisme ? Tout à fait. Les islamistes “intégrés” ont une démarche très planifiée. Ils cherchent à influencer de l’intérieur. Chaque jour, ils arrivent à conquérir un espace ou des territoires supplémentaires, un bout de laïcité, des droits. Au nom de la tolérance et de l’antiracisme, de la lutte contre la xénophobie et l’islamophobie, ils mènent une stratégie de désarmement intellectuel et mental de la partie adverse.
Mais la confrontation intellectuelle reste possible en Europe ! Les lois françaises et européennes sont telles – notamment sur l’islamophobie – qu’elles interdisent toute critique, au nom de la tolérance. C’est aberrant : le système que l’on veut défendre se retourne contre nous et nous condamne !
Parleriez-vous de terrorisme intellectuel ? Mais oui. Si on n’est pas avec eux, on est taxé de discrimination. Sur ce point, ils ont réussi. Quand les gens battent leur coulpe sur le thème “ne pas confondre islamisme et islam”, c’est du miel dans leurs oreilles...."

*** "Le carnage contre Charlie Hebdo a fait replonger une partie des journalistes algériens dans les affres de la « décennie noire » des années 1990, durant laquelle des dizaines de membres de la profession furent assassinés. « Le scénario parait irréel, difficile à imaginer. Pourtant la réalité nous rattrape », écrit Omar Belhouchet, le directeur du quotidien El-Watan.
Le caricaturiste du journal, Hicham Baba Ahmed, alias Hic, observe que, dans de tels moments, il ne cherche à faire ni dans l’humour ni dans la finesse. « J’ai été triplement choqué : en tant qu’être humain, en tant que dessinateur et en tant qu’Algérien pour avoir vécu le terrorisme des années 1990 », dit-il.
Si Charlie Hebdo a suscité des avis très divergents dans les médias algériens lors de la publication des caricatures du Prophète, la condamnation de l’attaque contre l’hebdomadaire est unanime et sans équivoque. Ce n’est pas le moment de débattre des choix éditoriaux du journal satiriste français car « aucune caricature ne justifie la violence, le sang, le carnage », écrit le Quotidien d’Oran, en soulignant que les auteurs du massacre ont « produit la plus hideuse et la plus violente des caricatures de la religion musulmane »."

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2015/01/10/en-algerie-le-souvenir-des-annees-de-plomb-resurgit_4553344_3210.html#pXqUvLzvyw2Xe73Y.99
 
****http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Avignon-Reine-Jeanne-la-cite-des-salafistes-903833** 
 
https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/la-reine-jeanne-avignon-cite-des-salafistes-pour-paris-match-1453283140

***** http://www.lecfcm.fr/wp-content/uploads/2014/06/cfcm_texte_convention__version_finalisee2.pdf
cf  article 5
Pour la plupart des musulmanes, une tenue vestimentaire adéquate traduit, comme
pour les autres religions, la dignité et la
conformité à la tradition religieuse.
5/14
Le voile est une prescription
qui recommande au Prophète de «
dire à ses femmes, à ses  filles et aux femmes des croyants" (Coran 33-59),
 de l’arborer pour la réserve qu’il leur impose.
Si nombre de musulmans de France ont pu vivre la loi
 sur l’interdiction du port du voile
à l’école publique comme une injustice, ils
respectent les choix de la communauté
nationale.
Concernant le port du voile intégral, il convient  de rappeler que la France a adopté une
loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public. À cette occasion, le
CFCM a rappelé à plusieurs reprises la position adoptée par la majorité des
théologiens musulmans qui stipule que  le port du voile intégral n'est pas une obligation religieuse.
Tout au long des débats sur le port du voile intégral, le CFCM a clairement affiché son opposition à cette pratique et sa détermination à continuer d’œuvrer par le dialogue et
l’éducation pour qu’elle ne s’installe pas sur le territoire national.
Le CFCM réaffirme que les musulmans de France aspirent comme tous leurs concitoyens, à pratiquer leur culte et vivre leur spiritualité dans le respect des lois et
des valeurs de la République auxquelles ils sont profondément attachés.


mardi 26 avril 2016

à lire aussi

http://www.marianne.net/les-femmes-voile-accusent-100235239.html

Elles en ont marre. « Marre de l'indifférence, de la connivence, de la condescendance » avec lesquelles, en France, les « néocommunautaristes » traitent le combat des femmes de culture musulmane « qui se sont affranchies du voile au nom de la liberté, de l'égalité et de la dignité ». Près de chez elles, à Aubervilliers, les hommes osaient demander à l'une « de se couvrir pour être une bonne musulmane » : c'était l'été et elle sortait bras nus. Une lycéenne, sous influence salafiste, crachait à l'autre, son enseignante qui lui expliquait que le voile ne figurait nullement dans le Coran : « Je peux vous tuer pour ce que vous dites ! » De la rue au café où elles n'étaient pas les bienvenues, les menaces s'empilaient pour les belles aux yeux noirs. On les sommait à toute vitesse de rejoindre le troupeau massé sous le voile de la servitude volontaire. « Et nous n'étions ni à Alger ni à Kaboul ! Ça se passait à quelques stations de métro du centre de Paris... »
Alors Nadia et les autres ont décidé de fonder le collectif Femmes sans voile d'Aubervilliers. Elles ont rallié le mouvement mondial des femmes de culture musulmane qui refusent, au péril de leur vie dans le monde islamique, ce voile « qui affirme la domination et le contrôle de la femme par l'homme ». Marianne a publié . Elles étaient sur les marchés le 8 mars, distribuant vaillamment leurs tracts. Nous les avons retrouvées préparant la prochaine manifestation : celle de la deuxième journée des femmes sans voile, à laquelle appelle toute une ribambelle d'associations (voir la liste ci-dessous). La première s'était déroulée en 2014, près de la fontaine aux Innocents. Dans Charlie, une BD de Luz avait illustré cette prise de parole, sereine côté manifestantes, houleuse du côté des passants — et passantes — provoile, fermés à tout débat et drapés, au mieux, dans la sempiternelle apostrophe : « Islamophobes ! »
Un linceul
Le 10 juillet est une date choisie par les Canadiennes : la date de naissance à Montréal de Thérèse Forget-Casgrain. Elle consacra sa vie à la cause des femmes. « Et nous aussi, c'est tous les jours, dit tranquillement Nadia Ould-Kaci. Je suis une 100 % Beurette du 93, née à Saint-Denis, grandie à La Courneuve. J'habite Aubervilliers depuis quarante ans. Ma mère est arrivée de Kabylie, analphabète et non voilée. Elle en a 92 aujourd'hui et me demande toujours : "Mais quel avenir elles se préparent, toutes ces filles qui se voilent ?" Mon père, le dimanche, lisait l'Humanité en buvant un verre de rouge. J'ai gardé sa carte de la CGT. J'ai gardé le mot "communisme" aussi. Pour l'idéal, pas pour ce qu'en ont fait les hommes. Depuis trois ans, le voile s'est répandu dans des proportions inquiétantes. Il tend à devenir la norme : dans notre ville, on le met même aux petites filles. Les Maghrébines qui ne le portent pas entendent des insultes du genre : "Tu fais honte à Dieu !" »
La honte, la vraie, contre laquelle elle se bat avec toutes les femmes du collectif, c'est ce linceul dont on commence à recouvrir les fillettes. Les photos sont éloquentes. « Nous demandons aux députés, aux sénateurs et aux sénatrices l'interdiction du voile pour les mineures. Au moins ça ! » martèle Nadia Benmissi, autre cheville ouvrière du mouvement. Les réponses sont décourageantes. « On est coincées ! » hasarde une élue. Par qui, par quoi ? Les « d'origine », elles, n'ont pas froid aux yeux. « Tant de femmes nous disent qu'on a raison mais qu'elles ont peur... » Dans sa « Convention citoyenne des musulmans pour le vivre-ensemble » de juin 2014, le Conseil français du culte musulman y va fort : il installe carrément la règle du voile pour les Françaises musulmanes alors que la « prescription coranique » ne mentionne nulle part l'obligation de se couvrir les cheveux. « Votre prise de position représente une régression qui banalise les répressions que subissent les femmes non voilées, s'insurge le collectif dans sa lettre au CFCM. Nous nous inquiétons de votre affirmation qui sacralise le port du voile et par là même cautionne l'action des fondamentalistes, source, dans notre pays, de troubles à l'ordre public. Votre crispation est un anachronisme dangereux pour nous tous. » Les pieux rédacteurs de la « convention » n'ont jamais daigné répondre. Leur rappeler que la première action des djihadistes, en Irak, en Syrie, au Mali, au Nigeria, quand ils s'emparent d'une ville, consiste à voiler intégralement les femmes pour leur interdire ensuite la totalité de la vie, fait tellement désordre...
Non au patriarcat
A cette pléiade de brunettes révoltées, Josiane Doan, une blonde ronde à l'accent qui chante, apporte sa solidarité de Provençale. « Parce que dire non au voile, c'est dire non au patriarcat. Et ça, j'ai connu ! » Dans les champs de lavande, entre Ollioules et Toulon, au début des années 60, « en milieu paysan, une femme, c'était comme un meuble. On fermait la porte de la cour pour empêcher la fille de sortir et mon père mesurait les ourlets des jupes. Je me suis battue grâce à l'école et je suis devenue inspectrice des impôts ». Alors quand, en 2012, Josiane croise, dans une rue d'Aubervilliers, une toute jeune fille que son frère tabasse « parce qu'elle avait osé sortir », elle se retrouve un demi-siècle en arrière, au temps de sa séquestration. De colère, elle rejoint le groupe de Place aux femmes qui s'occupe alors d'investir les cafés. Aux camarades « d'origine », elle dit : « Je suis des vôtres », tant l'origine d'une femme se ressemble dans tous les mondes. Très vite, la réaction au voile s'impose comme une urgence. La rue commence à vivre sous cape. Un petit foulard qui devient « l'intégrale ». « Une enfant de 5 ans qui refuse d'entrer chez ses voisins parce qu'ils mangent du porc et boivent de l'alcool, elle les traitait déjà de "mécréants"... » Bref, cette métamorphose qu'on nous dit si tranquille et qui, entre les enfants d'un même pays, les filles d'une même patrie, dessine les contours inquiétants d'un destin divergent.
Pour dire non, c'est place de la République, le 10 juillet. A 18 heures.
>>> Les associations signataires de l'appel du 10 juillet
Association des femmes euro-méditerranéennes contre les intégrismes (Afemci), Africa 93, Amel, Conseil européen des fédérations Wizo (CEFW), Cibel, Conseil national des associations familiales laïques (Cnafal), Du côté des femmes (DCDF), Egale, Encore féministes, Femmes contre les intégristes, Femmes solidaires, Femmes 3000, Coordination française pour le lobby européen des femmes (La Clef), La Ligue du droit international des femmes, Libres MarianneS, Marguerites sans frontières, Ni putes, ni soumises, Regards de femmes, Union des familles laïques (Ufal).
Contact :